patrickisabelle.com

Information

This article was written on 09 Fév 2014, and is filled under Coup de Coeur, Opinion, Télévision.

Current post is tagged

, , , , , , , , , ,

SNL QUEBEC… Wow!

SNLQc-1 Le pari était risqué. J’avais beau être vendu d’avance, je traînais tout de même quelques appréhensions en m’installant devant mon téléviseur à 21H ce soir pour me taper la première, en direct rien de moins, de l’adaptation québécoise de Saturday Night Live. Fan invétéré de la version originale depuis les années 90, j’avais peur d’être déçu, de chialer, de trop comparer…

J’ai eu besoin de deux sketchs avant d’embarquer complètement. Peut-être parce que j’étais déstabilisé de voir, transposé au Québec, l’atmosphère SNL; Tout, du look jusqu’au style d’humour, du ton jusqu’au générique d’ouverture, est très près de l’original. Peut-être aussi que le début était plus hésitant. Je ne peux qu’imaginer le stress, la pression, que les comédiens devaient ressentir. Mais vite, l’émission a pris son beat et, rendu au sketch de la radio communautaire, je pleurais de rire devant ma tv.

Pour une première émission, le choix de Louis-José Houde comme invité vedette était parfait. Il a semblé s’amuser comme un fou à chacune de ses apparitions et a donné le ton à l’émission. J’ai hâte de voir comment Stéphane Rousseau va se débrouiller à son tour, le 22 mars prochain.

Entre chaque avalanche de pubs (bizarre tout de même pour Télé-Québec, mais nécessaire j’imagine, pour les changements de décor et de costumes), les sketchs se sont succédé à une vitesse folle. Des bons flashs, comme celui où Louis-José se perd dans une mise en abîme d’émissions de télé bien de chez nous ou encore le skit sur le Vouirque, enregistré d’avance mais efficace (dans lequel on ne peut d’ailleurs faire autrement que de comparer Léane Labrèche-Dor avec son père… c’est hallucinant!). Un peu plus d’humour baveux m’aurait plu, mais ça viendra, j’imagine.

Certains détracteurs dénonceront les reprises de sketchs de la version US. Moi, au contraire, je crois que l’adaptation de ceux-ci était franchement réussie. Pour les non-initiés, aucune différence. Pour les fans, c’est un clin d’œil sympathique qui s’est avéré plus que réussi.

Les intermèdes musicaux m’ont semblé maladroitement introduits. Ça semblait sorti de nulle part. Aux États, les prestations sont généralement dans la deuxième moitié de l’émission et sont entrecoupées de pauses publicitaires… Mais bon, c’est pardonnable.

Pour le reste, malgré certaines inégalités, chapeau aux auteurs et aux comédiens! Les comédiens! Quelle équipe! Malgré le direct, malgré leur peu d’expérience télévisuel (À part peut-être Funk qui a joué dans Tak-Tik pendant quelques années), ils ont tenu l’émission à bout de bras, éclipsant presque, par moment, Louis-José Houde. Énorme coup de cœur pour Katherine Levac (sa Paige Beaulieu était hilarante!) et Léane Labrèche-Dor (Jackie!)… J’étais déjà vendu à Virginie Fortin et Phil Roy, que j’avais découvert avec «En route vers mon premier gala» l’an passé, mais Pierre-Luc Funk m’a agréablement surpris.

Je remets en question un peu le choix de Mathieu Quesnel pour animer le fameux Week-end Update, transformé en «Journal SNL» pour les besoins de la chose. Je le sentais nerveux et pas naturel. J’aurais voulu qu’il soit plus lui-même et qu’il joue moins le rôle du lecteur de nouvelles. Le concept de faux journal télévisé a déjà été exploité avec brio au Québec par, entre autres, Marc Labrèche et Pierre Brassard, j’aurais donc voulu qu’il s’approprie plus le rôle. La force de Jimmy Fallon, de Seth Mayers ou, pour pousser encore plus loin, de Chevy Chase, résidait dans le fait qu’ils restaient eux-même. Encore là, c’était la première fois que je voyais M. Quesnel. Je ne peux donc me prononcer son authenticité. C’est juste un feeling. Quesnel a été génial dans le reste de l’émission. Je verrai juste plus quelqu’un comme Louis T. animer le journal SNL, quelqu’un qu’on ne voit pas nécessairement dans tous les sketchs. Qui sait? Peut-être ravalerai-je mes mots après le 22 mars.

Sinon, quelques petits bémols:

J’ai été déçu que Louis-José Houde ne soit pas de tous les sketchs. J’aurais voulu le voir plus se perdre dans les personnages au lieu de jouer à celui qui s’amuse à mettre des perruques. Mais encore là, c’est Louis-José Houde. On l’aime, peu importe. J’aurais juste voulu le voir partout. Même si Funk m’a fait beaucoup rire, il me semble qu’il aurait très bien pu jouer l’animateur de radio communautaire avec brio.

Pas de band maison?!? Faute de budget? Dommage. Espérons que, si l’émission est reconduite à l’automne, ils rectifieront ce manque.

Bref, je suis vendu. J’espère de tout mon cœur que les critiques seront bonnes, que les cotes d’écoute seront satisfaisantes et que l’émission sera renouvelée en format hebdomadaire, avec un peu plus de budget.

Pour voir ou revoir, cliquez ICI.

Les meilleurs moments de l’émission: Paige Beaulieu, La radio communautaire, Jackie la pirate (Mentions spéciales pour l’imitation de Gildor Roy de Mathieu Quesnel.)

Ma wishlist d’invités vedettes futurs:

– Edith Cochrane, Ève Landry, Claude Legault, Guy Nadon, Véronic DiCaire, Guy Jodoin, André Ducharme.

 

2 Comments

  1. François Brégaint
    23 mars 2014

    “Paige Beaulieu” était une baffe dans la gueule de la population franco-ontarienne. Me faire insulter d’une telle façon ne m’incite pas a leur donner une deuxième chance. Na fait que renforcer l’idée négative que plusieurs Québécois ont des francophones de l’Ontario et le Canada français en général. Ne me surprend pas vraiment par contre, typiquement Québécois de se croire a être les seuls “vrais” francophones.

    • Patrick
      23 mars 2014

      Perso, je ne l’ai pas vu comme ça… surtout que la comédienne est elle-même franco-ontarienne! C’est comme un québécois qui niaise l’accent d’un gars du Lac St-Jean! Paige Beaulieu est drôle parce qu’elle est niaiseuse et mal à l’aise. L’accent ne fait que rendre son personnage plus sympathique. Je connais plusieurs francophones hors-Québec qui n’ont pas du tout un accent comme ça! J’en connais d’autre qui en ont un. Faut pas généraliser, et il ne faut surtout pas voir ça comme du mépris. Je suis conscient par contre qu’on a tendance à se croire plus « québécois » que « canadien-français »… mais ça c’est une autre histoire, beaucoup plus politique et complexe qu’un sketch de SNL!

Laisser un commentaire

Recent articles

Recent comments