patrickisabelle.com

Information

This article was written on 29 Jan 2014, and is filled under Blog, Tranche de vie.

L’attente insupportable

Ça me tue! Littéralement. Il n’y a rien de pire pour un auteur, je crois, que de soumettre un nouveau projet à son éditeur et d’attendre. Attendre le courriel qui déterminera si tout le travail effectué vaut quelque chose, si c’est bon, si c’est publiable ou si c’est franchement mauvais. L’insécurité.

J’ai remis une version inachevée de La danse des obèses à mon éditeur, il y a quelques jours. Une espèce de patchwork de chapitres, chaotique, qui, mis d’un bout à l’autre, forme le squelette de mon roman. Il y manque encore toute la chair autour de l’os, tout le croustillant. Le roman s’avère beaucoup plus long que je le croyais au départ, il y a des personnages qui sont disparus et d’autres qui y sont entrés spectaculairement, sans que je m’y attende. Pas le choix de faire avec. J’aurais voulu lui remettre quelque chose de plus fini, plus volumineux… Mais faute de temps, j’ai dû m’en contenter. Ce n’est pas que je veuille absolument que ça sorte à l’automne, j’en serais ravi, c’est sûr, mais je sens ces temps-ci une urgence d’écrire, d’être publié, de me faire connaître.

J’étais satisfait de mon travail, de mon récit, de mes personnages. Je surfais sur la vague de la création, habile et heureux. Jusqu’au moment fatidique de peser sur Send. Là, tout a chaviré. Je me suis mis à angoissé, à tout remettre en question, à me dire que c’est pourri, qu’il ne publiera jamais cela. L’insécurité.

Ça me tue!

Mais bon, je continue d’écrire. Je suis déjà trop impliqué dans mon roman pour ne pas l’achever. Si ce n’est pas pour eux, ce sera pour un autre. J’y crois. J’ai besoin d’y croire. Alors j’attends. C’est insupportable.

Mon roman Eux sort en librairie le 19 février 2014, dans quelques semaines. Il partait chez l’imprimeur aujourd’hui. Cette attente-là est plus excitante. Je m’y accrocherai.

Laisser un commentaire

Recent articles

Recent comments