patrickisabelle.com

Information

This article was written on 06 Mai 2017, and is filled under Actualités, Blog, Livres.

Des instants de bonheur

C’est vrai, on dirait qu’il pleut à boire debout depuis des semaines! C’est presque déprimant! Mais il y a aussi beaucoup de choses qui se sont passées dans les dernières semaines… De bonnes choses! De grands moments de bonheur intense. Je ne m’y habitue pas. Je crois bien que je ne m’y habituerai jamais. Mais je prends tout ça, et je l’entasse dans une petite boîte que j’ouvrirai lorsque je douterai de moi devant mon ordinateur. Ça me motivera.

Edmundston

Bon. Malgré l’hiver qui nous a tombé dessus à notre arrivée, le Salon du livre d’Edmundston a été une expérience extraordinaire. J’ai toujours porté une affection particulière envers le Nouveau-Brunswick, et mon passage là-bas n’a fait que la renforcer. J’ai eu la chance d’aller dans les écoles. Pour parler de mes romans pour ados, oui, mais aussi pour parler de Henri & Cie à des élèves au primaire. Quel enthousiasme! J’ai rencontré des jeunes touchants et allumés, intéressés par mes romans et mon travail. C’est toujours gratifiant.

J’ai participé à une table ronde endiablée sur les tabous en littérature jeunesse, animée par la merveille Sylvie-Catherine de Vailly. Celle-ci m’aura permis de constater deux choses. La première: J’adore Annie Bacon! La deuxième: Richard Petit et moi, nous ne sommes vraiment pas sur la même longueur d’onde! En même temps, ça a donné un bon show pour les spectateurs présents, même si la fatigue m’a fait dire quelques trucs plutôt louches!

J’ai également participé à un déjeuner littéraire. C’était vraiment un beau matin! Natasha Kanapé-Fontaine m’a complètement bouleversé. Je dois d’ailleurs me plonger au plus sacrant dans son oeuvre. J’y ai aussi fait la rencontre de Stéphanie Boulay, charmante, touchante et un peu timide. J’ai profité de ma présence pour lire un extrait de CAMILLE. Je crois que les gens présents ont apprécié.

J’ai aussi eu la joie totale de me retrouver en séance de signature devant le kiosque des éditions Les Malins, chez qui je publierai l’an prochain. Côtoyer Pierre-Yves Villeneuve est un réel plaisir. Il m’a, en plus, donner l’excuse parfaite pour activer mon compte Instagram (@patrick.isabelle pour les intéressés). Il y avait aussi l’amazing Valérie Perreault, Flo et Louise qui ont fait de mon séjour une vraie fête. Bref… que de plaisir!

FouLire!

Durant mon séjour à Edmundston, c’est devenu officiel! Je suis maintenant éditeur-adjoint aux éditions FouLire!!! Ça faisait un moment que c’était en branle et que je me retenais pour ne pas le crier sur tous les toits. Puis le communiqué est sorti et facebook s’est enflammé! Il y a même leslibraires.ca qui ont partagé la bonne nouvelle. Pour lire l’article, cliquez ICI. C’est tout de même incroyable. Il y a à peine 2 ans et demi, je prenais mon courage à deux mains pour aller m’introduire à Yvon Brochu, pour lui dire que ses romans avaient été une inspiration pour moi et que, sans eux, je ne serais sans doute pas l’auteur jeunesse que je suis. Aujourd’hui, non seulement je publie chez FouLire avec bonheur, mais je fais maintenant équipe avec lui et son épouse Danielle. Sans oublier Amélie Côté et Martine Latulippe, que je révère. Qui l’aurait cru? Pas moi. Et pourtant, je chérissais le rêve de travailler en édition depuis longtemps. Je crois avoir ma place chez FouLire. C’est une maison d’édition en laquelle je crois. J’aime la vision éditorial de Yvon. J’aime sa philosophie. Je suis honoré de pouvoir travailler avec lui et de constater que nous avons plusieurs choses en commun. J’y suis déjà heureux, et j’espère bien le demeurer encore longtemps. 🙂

Métropolis Bleu

Je suis revenu d’Edmundston le dimanche soir tard… et le lendemain matin, débutait un sprint d’animations dans le cadre du Festival Métropolis Bleu de Montréal. Au moment d’écrire ces lignes, je suis encore renversé par la dose d’amour incroyable que j’ai reçu tout au long de cette semaine folle et incroyable! C’était vraiment une première pour moi, parce que la majorité de mes rencontres se déroulaient avec des groupes d’élèves de 5e et 6e année du primaire. Je leur ai fait découvrir mon Henri et son entourage rigolo, nous avons créé des personnages ensemble, j’ai répondu à leurs questions, nous avons beaucoup ri. C’était fabuleux.

J’ai aussi eu le privilège d’aller à la rencontre de plusieurs élèves de l’école Joseph-Charbonneau. Cette école est réservé aux adolescents qui vivent avec une déficience motrice. Je suis sorti de là ému et complètement humble. La force des ces jeunes… Leur détermination et leur chaleur. Impossible de rester insensible. J’ai soudainement envie de leur donner une voix. On m’a beaucoup demandé, dans les dernières semaines, où je puisais mon inspiration. Et bien c’est dans des moments comme celui-là. Ces élèves m’ont touché et depuis, mon cerveau bouillonne.

J’ai terminé ma semaine dans une école à l’Île-des-soeurs, où des élèves de 5e année avaient lu Bouées de sauvetage avec leur enseignante! J’ai même eu l’honneur de leur lire les derniers chapitres, la voix chancelante. Beaucoup d’émotions et d’étoiles dans les yeux.  Oui, j’étais épuisé à la fin de ma semaine. Ces animations demandent beaucoup d’énergie et en plus, je couvais un virus! Mais c’est tellement gratifiant pour un auteur de se savoir lu, apprécié et aimé. Qui aurait cru que mon plus grand vertige, en publiant, serait ces rencontres avec mes lecteurs?

Lurelu, Sophie et le Prix Adolecteurs

Cette semaine, j’étais tout aussi occupé! Outre mes nouvelles fonction d’éditeur-adjoint qui ont pris beaucoup de mon temps (avec bonheur!), je me suis rendu de nouveau à l’école Saint-Martin de Laval, pour une sixième fois! La fabuleuse Julie Ayotte y enseigne le français et fait lire Bouées de sauvetage à ses élèves de premier secondaire et ce, depuis sa sortie en 2010. J’ai toujours un plaisir fou à y retourner, d’année en année pour parler avec ses élèves. Dire qu’au début, j’osais à peine m’affranchir de l’étiquette d’auteur. Aujourd’hui, j’ai plus de 8 publications à mon actif. Incroyable comme quelques années peuvent tout changé.

J’ai aussi fait un saut au très beau et très impressionnant Collège Sainte-Anne de Lachine dans le cadre du Prix Adolecteurs.

Ma semaine s’est terminé en beauté. Premièrement, le nouveau numéro de la revue Lurelu, spécialisée en littérature jeunesse, est paru. Je figure de très belle façon dans cette édition: Deux pages complète. Une entrevue réalisée par Isabelle Crépeau, autour d’un café à la Librairie de Verdun, alors que l’hiver faisait toujours rage. Je suis honoré qu’on m’ait accordé ce privilège.

Deuxièmement, l’incomparable Sophie a finalement apposé son sceau d’approbation sur OPÉRATION BÉATRICE, le premier tome de ma série Henri & Cie. C’est toujours un immense honneur de recevoir des critiques élogieuses, et ce l’est encore plus lorsque ça vient de quelqu’un dont on respecte l’opinion. Vous pouvez lire sa critique en cliquant ICI. En prime, une vidéo de ma belle grosse face, tournée lors du SILQ, qui lit le début du roman avec des accents du Coeur a ses raisons. 🙂

Troisièmement, Google m’a appris que je remportais la deuxième édition du Prix Adolecteurs avec mon roman CAMILLE! (Oui, je me google de façon régulière! Ce n’est pas du narcissisme… juste de la curiosité!) Je suis vraiment surpris! J’avais déjà remporté ce prix formidable, voté par les jeunes eux-mêmes, l’an passé pour mon roman EUX. De plus, mon livre avait une compétition féroce. Je donnais la victoire à GAMER de Pierre-Yves Villeneuve, ou encore le très beau FéMFé de Amélie Dumoulin.

Je ne sais pas encore quand ni où la remise du prix se fera… mais je suis vraiment ému de savoir que les jeunes ont voté pour CAMILLE. La majorité des prix littéraires jeunesse sont octroyés par des adultes. Celui-ci vient directement des lecteurs adolescents. Ça me chavire complètement!

Voilà donc une semaine qui se termine en beauté. Un mois d’avril épuisant, certes, mais un mois rempli d’émotions fortes, de rencontres hallucinantes et du sentiment vertigineux d’être à la bonne place, dans le bon métier.

Pour couronner le tout… j’ai mes billets pour aller voir The cranberries à la Maison Symphonique de Montréal, le 23 septembre prochain!! Quiconque me connaît sait que j’ai ce groupe tatoué sur le cœur depuis mes 14 ans! Je ne m’en suis jamais détaché. Si la voix de Dolores O’Riordan est insupportable pour certains, moi, elle me renverse à chaque fois. Ce sera mon sixième concert des cranberries à vie. Espérons que ce ne soit pas le dernier. Je vous laisse donc sur cette version inouïe de la chanson Dreams, issue de leur dernier album. Certains l’auront peut-être deviné, mais c’est cette chanson que j’avais en tête lorsque Camille et Caroline partent en cavale dans leur vieille Buick. 🙂

Laisser un commentaire